J Essaye D Arreter De Fumer Definitivement

Sciences - Santé

Dans le cadre de la journée sans tabac qui se tient ce vendredi, LaLibre.be a recueilli vos témoignages. La question était la suivante : "Dites-nous comment vous avez réussi à arrêter de fumer. Quel a été l'élément déclencheur (grossesse, décès d'un proche, anniversaire, campagne de sensibilisation, défi...) dans votre décision d'abandonner le tabac ? Etes-vous parvenu à arrêter de fumer seul ou avec une aide (substitut nicotinique, tabacologue, psychologue...) ?"

Voici vos témoignages :

L.H., 66 ans, a arrêté il y a 6 ans (après 42 ans)

J'ai fumé de l'âge de 18 ans jusqu'à 60 ans. Mon fils, gros fumeur a fait un AVC à l'âge de 42 ans. Il devait cesser de fumer pour survivre. Pour l'aider, j'ai décidé de ne plus fumer alors que j'avais toujours dit que je ne pourrais m'en passer. J'ai arrêté sans aucune aide du jour au lendemain. A mon grand étonnement, cela s'est révélé assez facile après trois semaines d'abstinence. Je n'éprouve plus aucune envie, même en présence d'autres fumeurs. Il s'agit d'une question de volonté et surtout de motivation.

Jean-François, 43 ans, a arrêté il y a deux ans et deux mois (après 20 ans)

Me souciant fort de mon état de santé général, j'ai décidé d'arrêter, encouragé par un généraliste très soutenant. C'est à l'aide de patchs à la nicotine que j'ai traversé les 2 premières semaines d'abstinence (mais je pense que c'est surtout ma détermination qui a eu raison de ce vice immonde). Très vite, j'ai ressenti les bienfaits de cet arrêt définitif sur ma santé qui aujourd'hui est excellente. Une fois libéré de cette drogue, j'ai été à même de prendre d'autres décisions importantes dans ma vie ; j'ai appris à dire NON. Je côtoie encore des fumeurs de temps à autre parce que je suis tolérant. Cette fois est la bonne mais j'avais déjà fait 3 tentatives. C'est à force de se relever qu'on apprend à marcher...

E.G., 24 ans, a arrêté il y a 3 ans (après 4 ans)

J'ai fumé 4 ans mais sans avoir vraiment l'impression d'être dépendante, je considérais que je pouvais arrêter quand je voulais mais que j'en avais juste pas l'envie ni la motivation... C'est un hiver très froid en Pologne qui a finalement provoqué mon arrêt: peu habituée au climat j'ai enchaîné des angines blanches aigües et des bronchites pendant plusieurs mois... et je me suis retrouvée sevrée au printemps, ayant tout simplement perdu l'habitude! Depuis lors, j'ai parfois (rarement) envie d'une cigarette mais comme mon mari déteste l'odeur et le goût je me retiens et ça ne m'est pas vraiment difficile... Je m'en tiens à une cigarette par an à la Saint-Sylvestre!

J.G., 30 ans, a arrêté il y a 6 mois (après 15 ans)

J'ai arrêté du jour au lendemain sans raison ni aide particulières. Tous les fumeurs passent de temps en temps par une phase durant laquelle ils en ont "marre" de fumer. Il suffit à mon avis d'en profiter lorsqu'elle vient... à voir sur la durée!

L.D., 40 ans, a arrêté il y a quelques années (après une dizaine d'années)

J'ai arrêté de fumer le jour où la cigarette a été interdite dans les lieux publics et sur le lieu de travail, refusant de devenir esclave d'une mauvaise habitude. Pas de substitution, un peu de volonté et ça finit par passer.

J.J.L., 58 ans, a arrêté il y a 35 ans (après 10 ans)

J'ai arrêté de fumer il y a 35 ans avec l'acupuncture. Je suis passé de 25 cigarettes par jour à zéro et je n'ai jamais eu envie de refumer.

M.P., 52 ans, a arrêté il y a 2 mois (après 35 ans)

Après un nombre incalculable de tentatives d'arrêts, j'ai réussi avec une séance d'hypnose. J'ai déprogrammé les processus cognitifs qui me faisaient fumer et les ai remplacés par des processus cognitifs sans tabac. Et ce, sans besoin de tabac dès le lendemain.

Michel Bouho, 67 ans, a arrêté il y a 42 ans (après 10 ans)

Alors que j'étais à la fin de mes études j'ai dit à tous ceux qui voulaient m'entendre que si je réussissais j’arrêterais de fumer. Ce fut le cas et lors de mes tentations de reprendre mon orgueil m'a aidé à tenir le coup.

Hardat René, 76 ans, a arrêté il y a 43 ans (après 18 ans)

A 32 ans, j'étais administratif depuis 12 ans, ayant fait du sport en dilettante. Je fumais depuis 18 années. J'ai souhaité inscrire mes enfants au judo. Ils ne voulaient pas y aller sans moi. Mais faire du judo à mon âge, c'était presque impossible. J'ai tenté l'aventure. J'ai stoppé la cigarette, pour la 20me fois (19 échecs). Mais cette fois, je m'aidais en faisant de la course à pied, à travers bois ou champs. 50 mètres le 1er jour, essoufflé. 100 m.le 2me, essoufflé. Puis 200 puis 500 puis 2 km. J'ai enfin vu le tatami de près, avec mes enfants. Ma méthode devait être la bonne car j'ai arrêté définitivement. Dans la cabine d'un pneumologue, quelques temps après, j'ai lu des recommandations, dont celle-ci, de mémoire : remplacer la nicotine par l'oxygène du sport. Je crois que c'est le seul moyen. Oxygène + un peu de volonté, c'est gagné !

S.B., 45 ans, a arrêté il y a 8 mois (après 30 ans)

Arrêt immédiat de la cigarette et progressive diminution de l'E-cigarette.

F.M., 28 ans, a arrêté il y a 7 mois (après 2 ans)

J'ai arrêté le jour où mon ex-copine m'a quitté. Je n'étais pas un grand fumeur, je fumais en moyenne un paquet sur 3 jours. Mais je ne fumais qu'en sa présence, le jour où elle m'a quitté j'ai donc décidé de ne plus racheter de paquet et je n'ai plus touché à une cigarette depuis ce jour-là.

J.-P.G., 71 ans, a arrêté il y a 40 ans (après 16 ans)

J'ai décidé d'arrêter. Point.

Tanguy Doucenet, 37 ans, a arrêté il y a 10 mois (après 17 ans)

J'ai arrêté la tueuse le 6 juillet 2012, jour de la réception de mon kit de vapote tout va bien, je ne suis pas mort. Tout ce cirque autour d'un produit qui divise les risques liés au fait de fumer par plus de 100 m'indigne. La corruption et l'ignorance sont sans doute deux fléaux qui entrent en ligne de compte dans cet état de fait. Je suis libre du tabac, ma e-cig n'est pas un médicament, la nicotine ne fait pas partie des molécules reprises comme médicament par l'O.M.S. ni un produit du tabac car elle n'en contient pas! Le principe de précaution étant de privilégier la vente des cigarettes qui tueront prématurément un utilisateur sur deux et qui reste en vente partout par rapport à l'éventualité d'une faible probabilité d'un risque hypothétiquement potentiel de la e-cig (toutes les études actuelles s'accordent sur un fait: on n'a rien trouvé de dangereux!)

B.D.M., 41 ans, a arrêté il y a 1 mois et 1 jour (après 10 ans)

Grâce à la cigarette électronique.

Daniel, 61 ans, a arrêté le 12 mars 2012 (après 45 ans)

Après 45 ans de tabagisme actif (25 à 35 cig/jour), j'ai décidé de ne plus fumer car ma musculature souffrait dans l'effort. Je ne pouvais marcher 15 minutes sans avoir mal aux mollets. C'est mon dentiste qui m'a fait comprendre la relation tabac-muscles.

Claudia Bolton, 43 ans, a arrêté il y a 5 ans (après 28 ans)

J'ai arrêté après l'apparition des migraines et problèmes à la vésicule.

Dekeyzer Sébastien, 27 ans, a arrêté il y a 1 an et 6 mois (après 10 ans)

J'ai débuté la vapote au mois de janvier 2012. Cela fait donc un an et demi que je vapote. Du jour au lendemain, la e-cigarette m'a permis d'arrêter la cigarette. Je n'y vois que des avantages. Notamment au niveau de ma santé, avant c'était un calvaire de courir pendant une heure; mes poumons sifflaient. Aujourd'hui, un jogging d'une heure n'a plus d'impact négatif sur mes poumons. Un autre avantage est l'aspect financier. En effet, j'ai fumé un paquet par jour pendant 10 années. Aujourd'hui, la e-cigarette me coute tout au plus 3-4 € par semaine. Je pratique le DIY (do it yourself) c'est-à-dire la fabrication de mes e-liquides. La communauté des vapoteurs augmente quotidiennement et de manière exponentielle. Cette communauté échange les bons plans et astuces sur les forums spécialisés. J'ai également diminué la quantité de nicotine dans mes e-liquides.

Claire Vrancken, 62 ans, a arrêté il y a 2 ans (après 48 ans)

En sortant de ma visite chez le cardiologue, petit tour de vélo à l'effort, une gentille dame m'a dit "vous feriez mieux d'arrêter de fumer" et en entrant dans la voiture j'ai dit à mon mari que j'allais arrêter de fumer et là il m'a dit "si tu arrêtes je le fais aussi". Depuis le 11 avril 2011 nous avons fait main basse sur les cigarettes, sans aides quelconques.

B.U., 31 ans, a arrêté il y a 9 ans (après 6 ans)

J'ai commencé à fumer vers l'âge de 16 ans et ce jusqu'à 22 ans, avec un arrêt de quelques mois sous la pression d'une copine. J'ai arrêté (réellement) par la suite parce que la cigarette ne me disait plus rien; j'en achetais de moins en moins, et il m'arrivait de ne plus les terminer, tout en fumant de manière moins systématique. J'ai décidé d'attendre le début de la nouvelle année pour cesser de fumer, non pas pour le principe d'une bonne résolution mais pour éviter que les fêtes ou le stress des examens ne me fasse replonger. L'arrêt n'a pas été évident, surtout lors de la consommation d'alcool ou des sorties avec amis fumeurs, mais j'y suis arrivé seul. Il m'arrive encore d'en avoir envie de temps à autre, mais il suffit d'attendre que ça passe; voilà 9 ans que j'ai définitivement arrêté.

A.C., 86 ans, a arrêté il y a 53 ans (après 24 ans)

Devant passer les épreuves de survie Commando, j'ai arrêté de fumer 6 mois avant ces épreuves et j'ai réussi!

Edouard, 53 ans, a arrêté il y a 8 ans (après 20 ans)

J'ai arrêté le 31 décembre 2005, à 00h00.

F.D., 32 ans, a arrêté il y a 2 ans (après 15 ans)

Après le décès de mon père grand fumeur, j'ai décidé d'arrêter. Je voulais reprendre le sport, je me suis offert un vélo à mon anniversaire et je suis monté dessus. Après deux mois, j'ai fumé ma dernière cigarette. Je voulais arrêter de me "faire du mal" et d'imposer cette odeur à tout le monde. Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir complètement oublié que j'ai fumé... c'est très étrange ! Je n'y pense que quand je sens l'odeur ou que je vois quelqu'un fumer mais je n'ai plus envie de fumer et d'ailleurs je ne supporte plus l'odeur...

Lucienne D., 66 ans, a arrêté il y a 3 ans (après 36 ans)

Mes amies partaient en vacances, elles voyageaient et moi non parce que je dépensais 8€ par jour pour 2 boîtes de cigarillos ! Le 31 mai 2010 j'ai arrêté de fumer avec l'aide d'une pneumologue. Depuis ma santé est au top, et je voyage régulièrement en me faisant plaisir autrement!

M.G., 57 ans, a arrêté il y a 30 ans (après 12 ans)

J'ai su que j'étais enceinte bien avant le test: j'avais un dégoût de la cigarette. Je n'ai jamais refumé depuis, mais n'ai jamais été en manque, cela ne m'a demandé aucun effort.

I.D., 41 ans, a arrêté il y a 1 an (après 25 ans)

J'ai arrêté de fumer il y a 1 an, à 40 ans. Du jour au lendemain. Après 25 ans de cigarette. Il n'y a pas eu un véritable élément déclencheur. Bien sûr je suis maman et je n'étais pas fière. J'ai vu des amis arrêter,mais moi je ne l'envisageais pas. Puis ça s'est mis à me dégoûter, je ne sais pas pourquoi. Et le 3 juin 2012, après avoir fumé un paquet entier lors d'une fête d'anniversaire, j'ai pris la dernière du paquet en me disant "c'est ma dernière clope". Je n'ai plus jamais eu envie d'une cigarette depuis et je pense pour voir dire que la clope et moi c'est définitivement terminé.

J.M., 43 ans, a arrêté il y a 16 mois (après 27 ans)

Fumeur depuis 27 ans, j'ai cessé de fumer depuis plus d'un an. Après de nombreuses tentatives de toutes sortes, c'est en commençant à constater les effets nocifs du tabac (souffle, endurance, etc...) que j'ai finalement pris la décision ferme et définitive d'en finir du jour au lendemain. Et ça a marché!

D.D.W., 35 ans, a arrêté il y a 5 jours (après 20 ans)

Suite à la pression de ma compagne, j'ai du me résigner à arrêter de fumer. Etant un gros fumeur (entre 20 et 30c/jour) et ayant toutes les mauvaises cigarettes dans mon escarcelle (matin à jeun, directement après le sport...), j'y allais un peu avec les pieds de plomb... Pour l'instant, ça ne fait que 5 jours sans tabac mais je remarque que les habitudes sont beaucoup plus tenaces que le manque de nicotine. J'espère tenir bon.

Denis, 41 ans, a arrêté il y a 7,5 ans (après 19 ans)

Le fumeur fume pour respirer. Pour arrêter il suffit de ne plus fumer et de s'octroyer des temps de respiration consciente. Idéalement le faire dans un cadre qui n'induit pas de réflexes de consommation (les vacances), j'avais demandé à ce que mes proches ne me parlent pas de la cigarette et de ma volonté d'arrêter. Histoire de ne pas y penser. Ce fut dur 3 jours, après le goût, le souffle étaient de retour. Tentations occasionnelles, mais il suffit de se rappeler ce suicide lent et la valeur des efforts de libération pour rester fort.

Joseph C., 49 ans, a arrêté il y a 8 mois (après 30 ans)

Lors d'une opération chirurgicale (hernie inguinale), ma saturation en oxygène stagnait à 92 alors qu'elle aurait dû remonter à 98 pour que je puisse quitter les soins intensifs. Par ailleurs, je commençais à être BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive). J'en ai eu assez de vivre dans la peur (de la moindre toux, de la moindre radio)... J'ai donc arrêté du jour au lendemain en essayant de me rappeler, chaque fois que je voulais allumer une cigarette, tout le mal qu'elle m'avait fait (bronchites, crachats, odeurs, langue brûlée, etc.) et en prenant mes élèves à témoin de mes progrès au jour le jour. Jusqu'ici, cela fonctionne à merveille, à part la prise de poids, en l'occurrence 10 kilos...

S.L., 33 ans, a arrêté il y a 6,5 ans (après 12 ans)

Pour ma part, j'ai arrêté de fumer car je suis devenu de plus en plus soucieux de ma santé au fil des années.

L.F., 42 ans, a arrêté il y a 7 mois (après 12 ans)

J'ai arrêté plusieurs fois dans ma vie et pendant de longues périodes mais j'ai toujours repris même après 8 ans sans fumer !!! Il y a eu de multiples raisons : grossesse, enfant, sante, envie d’énergie... J'ai essaye d’arrêter avec des patchs, par la volonté et par tabacologue... Le dernier essai marche très bien car après 7 mois je n'y pense toujours pas et j'ai oublié que ça existait dans ma vie et la c'est avec ce fameux livre d'Allen Carr !!! Je n'y croyais absolument pas, je le voyais venir gros comme une maison et il m'a bien eue !!! et j'en suis fort heureuse ! Pour la 1ere fois j'ai arrêté sans produit, médicament ou autre et c'est la fois ou ça a été le plus facile et ça le reste encore aujourd'hui!!! Génial ! Je le recommande! En plus ça ne coute pas cher !!!

A.L., 75 ans, a arrêté il y a 25 ans (après 30 ans)

Il s'agit d'une décision personnelle avec arrêt immédiat jamais transgressée. J'ai jugé cela préferable au scanner-cancer et instruction peumologue. Arrêt immédiat avec espoir hypothétique de guérison.

B.L., 37 ans, a arrêté il y a 5 ans (après 17 ans)

Première cigarette : le 31 juillet 1991 (à 21h48) à Chevetogne. Dernière cigarette : le 14 août 2008 (vers 16h) à Bruxelles.

J. Lgg.

Sur le même sujet :

Comment réussir à garder la motivation pour arrêter de fumer ?

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir Axel qui va partager avec nous différents moyens de garder la motivation pour arrêter de fumer. Je le laisse se présenter plus amplement !

« Ancien gros fumeur pendant longtemps, j’ai réussi à arrêter de fumer (non sans mal…) et ma dernière cigarette remonte au 1er Octobre 2010. Aujourd’hui c’est un véritable bonheur que de passer chaque journée sans fumer une seule clope. Je souhaite que chacun puisse comme moi se libérer de cette contrainte, c’est pourquoi j’ai créé mon blog www.dernierecigarette.com afin de partager mon expérience et mes conseils. »

Dans cet article nous allons voir comment il est possible de garder la motivation pour réussir son arrêt du tabac.

Le sevrage tabagique est long et difficile. La majorité des fumeurs le savent, arrêter de fumer ne se fait pas du jour au lendemain, il s’agit d’un combat quotidien qui dure plusieurs mois.

Et oui, résister à l’attraction de la nicotine n’est pas une affaire de sprinteur, c’est plutôt une course de fond, un marathon.

Peut-être qu’au moment où vous lisez cet article vous envisagez d’arrêter de fumer.
Ou bien avez-vous même peut-être déjà tenté l’expérience, malheureusement sans réussite…

Ne vous inquiétez pas, nous sommes tous passés par là.

Vous n’imaginez pas le nombre de personnes qui chaque jour entament un sevrage tabagique et qui malheureusement rechutent quelques semaines plus tard…

Dans la plupart des cas c’est toujours le même schéma : Un moment de faiblesse, de découragement, un manque de motivation, le tout combiné à une irrésistible envie de fumer…
Et vous craquez.

Le problème qui se pose à toute personne qui souhaite dire non définitivement à son paquet de cigarettes est celui de la motivation.

L’importance de la motivation dans l’arrêt du tabac

La science évoluant chaque jour, il existe de plus en plus de moyens pour vous aider à vous détacher de vos cigarettes.

Vous connaissez j’imagine les plus classiques : patchs anti-tabac, gommes à mâcher, acupuncture, …

Peut-être avez-vous également essayé d’autres méthodes alternatives comme l’hypnose, la médecine douce, les techniques de relaxation, …

Malheureusement tous ces outils ne représentent pour vous qu’une aide ponctuelle et momentanée.

En effet si nous prenons le cas du patch à la nicotine, par exemple, vous imaginez bien que vous n’allez pas pouvoir le garder pendant une durée illimitée, sur plusieurs années.

Au bout d’un certain temps il va falloir arrêter ce traitement et à ce moment-là vous allez vous retrouver face à vous-même, confronté à vos démons et à cette clope posée juste en face de vous qui vous attire tant.

Dans cette situation il n’y a que deux possibilités :

  • Soit vous avez suffisamment de volonté et de motivation pour résister
  • Soit vous fumez votre cigarette et replongez dans votre rituel de fumeur

On comprend donc que pour réellement tenir sur la durée et arrêter de fumer définitivement, le seul et unique remède qui fonctionne est dans votre tête, c’est votre motivation.

Nous avons tous de petits moments de faiblesse

Malheureusement nous sommes humains et avons intrinsèquement un certain nombre de failles.

Aussi motivé que vous puissiez être à en finir avec cette dépendance au tabac, il existe des moments où vous allez baisser votre garde.

  • Parce que vous avez eu une dure journée.
  • Parce que quelque chose vous a énervé.
  • Parce que vous êtes stressé.
  • Parce que sentimentalement tout n’est pas rose.
  • Etc.

Il existe des tas de raisons qui peuvent vous amener à perdre cette énergie, cette motivation et cette détermination qui vous animaient.

C’est exactement dans ce genre de situations où il faut être vigileant et bien préparé si vous ne souhaitez pas replonger…

Mais alors dans ces petits moments où vous êtes dans le creux de la vague, quand vous n’avez pas le moral, comment réussir à retrouver la motivation ?

Se rappeler les raisons qui vous ont poussées à arrêter de fumer

Même si la finalité est la même pour tout le monde, à savoir se libérer de l’addiction au tabac, nous avons chacun des raisons qui nous sont propres et pour lesquelles nous avons décidé de ne plus fumer.

  • Pour certains il s’agit du souci de préserver sa santé.
  • Pour d’autres l’envie de ne plus gâcher son argent inutilement.
  • Peut-être le faites-vous pour un proche, conjoint ou enfant ?

Toujours est-il qu’il y a en général une ou deux raisons principales qui, dans votre parcours personnel, vous ont motivées à prendre votre décision.

Une des meilleures techniques pour retrouver la motivation quand vous avez un petit coup de mou est de faire un petit retour en arrière afin de vous souvenir de ces raisons.

Dans la seconde qui suit vous aurez alors retrouvé l’énergie pour résister à ce passage difficile.

Se fixer régulièrement des objectifs

Il n’y a rien de plus facile que de craquer et de retomber dans l’enfer du tabac si vous ne vous fixez pas d’objectifs clairs et précis.

Je m’explique.
Lorsque votre motivation diminue, vous risquez plus facilement de rechuter pendant un moment d’absence, un moment d’inattention où votre mental n’est pas aussi vigilent qu’à son habitude.

Ce genre de moments où par exemple vous êtes seul chez vous, où vous tournez en rond, où vous attendez un coup de téléphone important, où vous n’arrivez pas à vous mettre au travail, etc.
Dans toutes ces situations où vous avez un impératif à court terme, dans les minutes qui suivent.

Et bien vous vous dites qu’au final fumer une cigarette ce n’est pas si grave et que cela va vous détendre un peu.

Mais ce raisonnement vous le tenez car justement vous ne prenez pas de recul sur votre situation et que vous êtes aveuglé par les quelques minutes d’incertitude et d’angoissent que vous devez affronter.

A l’inverse, vous avez tout intérêt à vous fixer des objectifs sur le long terme pour retrouver un raisonnement rationnel et cohérent.

Si vous aviez décidé de ne plus fumer pendant 6 mois. Si vous avez déjà tenu 5 mois et que vous êtes déjà quasiment arrivé au bout de votre premier objectif, vous pensez vraiment que vous allez tirer un trait sur tous les efforts que vous avez déjà accomplis uniquement pour vous déstresser 5 minutes ?

Et bien non, vous allez tenir bon et résister.

Il est donc important de se fixer régulièrement des objectifs : J’arrête de fumer jusqu’à la fin de la semaine, puis tout le mois suivant, puis jusqu’à mon prochain anniversaire, etc…

L’envie de fumer dure moins de 7 minutes

Enfin je voudrais vous parler d’une dernière chose qui a toute son importance et dont il faut avoir conscience pour éviter de rechuter.

Les scientifiques1 s’accordent sur ce point, la sensation de manque de nicotine qui provoque cette irrésistible envie de fumer n’est pas éternelle.
Et c’est même tout le contraire, elle est en réalité très courte.

L’envie de fumer ne dure pas plus de 7 minutes. Ainsi lorsque la sensation de manque vous gagne et que vous êtes attiré par votre paquet de cigarettes, sachez qu’il vous suffit de tenir quelques minutes de plus et l’envie de fumer s’estompera naturellement.

Il est primordial de garder cela à l’esprit quand vous avez un petit moment de faiblesse et de vous dire que vous n’avez qu’à résister un tout petit moment.

Pour cela rien de tel que de trouver une occupation qui vous change les idées comme faire un tour à l’extérieur, lire un livre ou bien écouter votre morceau de musique préféré.

Vous savez désormais comment garder la motivation et vous avez toutes les clés pour mener à bien votre sevrage tabagique.

Bon courage, et n’oubliez pas, vous serez tellement fier de vous quand vous aurez arrêté de fumer définitivement !

Source : [1] Smoking normalizes cerebral blood flow and oxygen consumption after 12-hour abstention Manouchehr S Vafaee , Albert Gjedde, Nasrin Imamirad , Kim Vang , Mallar M Chakravarty , Jason P Lerch and Paul Cumming

0 Replies to “J Essaye D Arreter De Fumer Definitivement”

Lascia un Commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *